TURENNE


Le village

Le village, perché sur une butte du Jurassique, se situe aux confins de la Corrèze au nord, à quelques kilomètres de la Dordogne à l'ouest (région Nouvelle-Aquitaine), à 3 km du Lot (région Occitanie) au sud.

La butte est entourée d'une vaste dépression, bordée à l'est par la faille de Meyssac (la fin du Massif Central).

Durant la 2e ère géologique, le territoire était recouvert par la mer, quelques témoins nous restent de cette période:

un cimetière de fossiles de coquilles Saint-Jacques au pied du village et de coquillages au pied du château.

 

Il semblerait que la 1re implantation du château se trouvait à quelques centaines de mètres à l'est, sur le Puy de Gondres.

La butte domine la vallée de la Tourmente et contrôlait l'ancienne voie Limoges-Brive-Cahors-Toulouse.

La commune est bordée au nord-est par la Loyre.

Gîte La Peyrague


Histoire

C'est au IXe siècle (823) qu'apparaissent les premiers seigneurs de Turenne .

Devenue un véritable État féodal à la suite des croisades, puis un des plus grands fiefs de France au XIVe siècle, la vicomté de Turenne jouit du Moyen Âge au XVIIIe siècle d'une autonomie complète.

usqu'en 1738, les vicomtes, tenus à un simple hommage d'honneur envers le roi et exempts d'impôts à son égard, agissent en véritables souverains : ils réunissent des États généraux, lèvent les impôts, battent monnaie, anoblissent.

La vicomté forme un état dans l'État. Ainsi, lorsque le roi interdit dans le royaume la culture du tabac, introduite en Aquitaine en 1560, cette mesure ne s'applique pas à la vicomté, où, au contraire, elle s'intensifie.

La seigneurie de Turenne occupe un territoire limité par trois provinces et trois évêchés. Jouxtant le Périgord noir, elle prend appui dès l'origine sur le Bas Limousin et le Quercy.

Elle contrôle notamment les transhumances de bétail entre les plateaux du Limousin et ceux du Quercy.

Dans sa plus grande extension, au XVe siècle, elle s'étire des environs de Meymac ou de Lapleau (Corrèze), au nord-est, à ceux de Terrasson (Dordogne), à l'ouest, et de Gramat (Lot), au sud.

À cette époque, les principales villes fortifiées de la vicomté sont Argentat, Servières, Beaulieu, Gagnac, Martel, Saint-Céré et Turenne ; les remparts entourent également les bastides de Bretenoux et Puybrun, les cités de Carennac, Vayrac, Curemonte, Meyssac et Collonges.

On dénombre alors environ 100 000 habitants, répartis en 18 500 feux, 111 paroisses, 1 200 villages et bon nombre d'abbayes.

Durant la première moitié du XIVe siècle. la vicomté est reprise par les comtes de Comminges, grands féodaux pyrénéens, avant d'être cédée, pendant 94 ans, aux Roger de Beaufort, dont sont issus deux papes d'Avignon, Clément VI et Grégoire XI.

Cette famille donna deux vicomtes : Guillaume III Roger de Beaufort, Raymond de Turenne, huitième du nom et deux vicomtesses Antoinette de Turenne et Éléonore de Beaujeu.

Ensuite, de 1444 à 1738, la vicomté devient la possession de la famille des La Tour d'Auvergne.

À leur apogée, Henri de La Tour d'Auvergne, coreligionnaire et compagnon d'armes du roi Henri IV, devient duc de Bouillon et prince de Sedan.

Son fils Henri, maréchal de France, reçoit le surnom de «grand Turenne».

Sous les La Tour d'Auvergne, la vicomté passe à la Réforme. Le calvinisme, propagé par les bateliers de la Dordogne, se diffuse dans la région.

En 1575, après la Saint-Barthélemy, Henri de La Tour s'engage aux côtés d'Henri de Navarre ; Turenne devient un haut lieu des guerres de religion puis des troubles de la Fronde.

Le 8 mai 1738, Turenne est vendue à Louis XV, pour rembourser les dettes de jeu de Charles-Godefroy, le dernier des vicomtes de la famille La Tour d'Auvergne.

Ainsi prend fin la quasi-indépendance du dernier fief français.

Les viscomtins, devenus sujets de Louis XV, sont alors contraints à l'impôt et le roi ordonne le démantèlement de la forteresse.

À la Révolution, Turenne n'est plus que le siège d'une prévôté royale. Sous la Révolution française, pour suivre un décret de la Convention, la commune change de nom pour Mont-Franc.

De la tour César (tour du suzerain) on aperçoit le village de Jugeals Nazareth.

La chapelle Notre-Dame-de-Nazareth est mentionnée dans un livre belge, du XIIIe siècle, des pèlerins de Saint-Jacques de-Compostelle comme un arrêt conseillé. Nazareth appartenait à Turenne jusqu'au XIXe siècle, date à laquelle le village fut rattaché à Jugeals.

Visites & Découvertes

  • Collonges la Rouge
  • Meyssac
  • Turenne
  • Curemonte
  • Beauliau sur Dordogne
  • Martel
  • La Chapelle aux Saints
  • Noailhac
  • Ligneyrac
  • Saillac
  • A voir dans un rayon de 50 Km:
  • Vallée de la Dordogne
  • Rocamadour
  • Gouffre de Padirac
  • Les grottes de Lacave
  • Grotte de Lascaux Montignac
  • Les Eyzies
  • Conques

  • A voir

      Maison Livet du XVe siècle inscrite aux monuments historiques7.
      Maison Duché du XVIe siècle inscrite aux monuments historiques.
      Maison Cheyroux du XVe siècle inscrite aux monuments historiques.
      Château de Linoire du XVe siècle inscrit pour une partie et classé pour l'autre aux monuments historiques.
      La tour César (XIIe siècle) et la tour de l'horloge (XIIIe siècle), vestiges de l'ancienne forteresse classée aux monuments historiques.
      Au XIVe siècle un second donjon, la « tour du Trésor ou tour de l'Horloge » est juxtaposé à l'ancien. De plan quadrangulaire elle est munie de contreforts plats comme les vieux donjons romans.
      Le village descend en cascade du XIIIe siècle au XVIIe siècle .
      Quantité de maisons nobles.
      La Collégiale de Turenne, baptisée Notre-Dame-Saint-Pantaléon
      Ancienne chapelle des Capucins

    Randonnées pédestres

    Contact

    Propriétaire

    VIDAL Manuel

    La Peyrague

    19500 COLLONGES LA ROUGE

    Téléphone 05 55 25 46 87

    Courriel: Email  manu.vidal19@orange.fr

    Type de location:          
    • Maison indépendante
    • Superficie 70 m²
    • Capacité 6 personnes
    • 3 chambres en rez de chaussée
    • Cuisine tout équipée 3 épis
    • terrain arboré de 2000m²
    • Altitude 220m
    • Animaux acceptés
    • Chèques vacances acceptés

    Descriptif

    Gîte indépendant de plain pied au coeur des plus beaux villages de France, à proximité des commerces, au calme, proche de Meyssac et de Collonges le Rouge. 3 chambres (3 lits 2 places) salle de séjour, coin cuisine, lave linge, lave vaisselle, micro ondes, télévision, chauffage électrique, salon de jardin, barbecue,.