title>Martel la ville aux 7 tours aux confins du Haut Quercy du Périgord et du bas Limousin, à quelques kilomètres deCollonges la Rouge

MARTEL


Le village

A 17 Km du gîte, MARTEL

Martel est situé dans le département du Lot .

Parfois appelée « la ville aux sept tours », Martel est une petite cité médiévale fondée au XIe siècle par les vicomtes de Turenne, qui fut durant plus de cinq siècles la capitale de la partie quercynoise de la vicomté de Turenne.

Martel fut une bourgade prospère et libre (qui jusqu'au XVIe siècle n'eut rien à envier en puissance à sa voisine Brive), grâce à ses marchands et à sa sénéchaussée jusqu'au XVIIIe siècle, puis grâce au commerce de la truffe du XIXe jusqu'au début du XXe siècle, ce qui peut expliquer le grand nombre de belles maisons du XIXe siècle en lisière du centre médiéval.

Le marché aux truffes de Noël 1904 verra changer de mains plus de 20 tonnes d'or noir.

Colette écrivit dans son recueil " Prisons et Paradis " : " J'ai chassé la truffe à Martel, dans le Lot, et je tenais la laisse d'une petite truie, une artiste en son genre, qui flairait la truffe souterraine, la délogeait d'un groin inspiré, avec des cris, des élans brusques et toutes les manières, ma foi, d'une somnambule. À chaque trésor trouvé, l'intelligente petite truie levait la tête et quémandait sa récompense, une poignée de maïs."

 

Gîte La Peyrague


Histoire

Moyen âge

La légende de Charles Martel, maire du Palais et grand-père de Charlemagne, fondant la ville autour de son église dédiée à saint Maur, ne semble être qu'un conte érigé pour asseoir la fierté des Martelais , même si certains historiens avancent qu'Abd el-Rahman n'aurait pas été tué à la Bataille de Poitiers mais aurait été tué et son armée exterminée à Loupchat, à 3 kilomètres du centre actuel de Martel, en 733.

Située près de l'antique voie gallo-romaine reliant Paris au midi de la France, jalonnée au sud par le pèlerinage vite célèbre de Rocamadour, à 5 km de la Dordogne et de ses ports au sel, et de l’un des derniers oppidums gaulois à l'est, Uxellodunum, la cité de Martel aurait été fondée plus simplement au début du XIe siècle par les vicomtes de Turenne, puissants et redoutés seigneurs du bas Limousin et du haut Quercy

. Une certitude, la fondation de la cité ne serait ni d’origine religieuse autour d’une abbaye, ni d’origine militaire autour d’un castrum ou d’une place forte (la Raymondie ne datant que des XIIIe siècle et XIVe siècle, mais aurait été créée et développée par les vicomtes à partir d'un petit village preexistant (Sainte Madeleine) a l'est et d'un marché au sel a l'ouest, sur la route du sel entre les ports de la Dordogne et l'Auvergne.

Aux XIIe et XIIIe siècles, à la suite de décennies de conflits entre les bourgeois de Martel et le vicomte de Turenne, allant jusqu'à oser emprisonner le vicomte dans la Tournemire, les Martelais obtiennent du vicomte une charte de franchises en 1219 qui est à l'origine de la prospérité de la cité.

Les consuls firent construire deux enceintes fortifiées. La première correspondant au tour du centre-ville actuel fut édifiée au XIIe siècle, période pendant laquelle Quercy, Rouergue et Limousin furent au cœur des conflits liés au remariage d'Alienor d'Aquitaine avec Henri II Plantagenet d'Angleterre et à ses conséquences.

Un épisode majeur de l'histoire de la petite cité eut lieu en 1183, où Martel dut accueillir Henri le Jeune, co-roi d'Angleterre et frère aîné de Richard Cœur de Lion, qui y mourut après avoir pillé Rocamadour afin de pouvoir payer ses troupes.

La seconde enceinte fut construite au XIVe siècle au début de la guerre de Cent Ans.

Le traité de Brétigny en 1360 la livra cependant aux Anglais. Du Guesclin la reprendra militairement en 1374.

Martel devait vraisemblablement être prospère dès le XIVe siècle comme peut en attester l'implantation de l'ordre des Cordeliers dans la cité, qui construisirent un couvent en bordure nord de la deuxième enceinte et qui fit partie des 284 couvents des Cordeliers fermés en 1790.

La tour du couvent qui mesurait 35 mètres fut tronquée à la révolution et ne fait plus que 25 mètres de hauteur aujourd'hui. Ce bâtiment excentré fut investi par la gendarmerie nationale au XIXe siècle

Quelques siècles plus tard, Martel prendra le parti catholique durant les guerres de religion, alors que la vicomté sera globalement protestante.

Puis Martel dut accueillir et approvisionner l'armée royale d'Henri IV, et dépenser pour ce faire plus d'une année de revenus de la cité, qui mettra plusieurs années à s'en remettre économiquement.

Lorsque Charles-Godefroy de la Tour d'Auvergne, petit-fils d'Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon, le "Grand Turenne", vendra à Louis XV la vicomté de Turenne le 8 mai 1738 pour honorer le paiement de ses dettes de jeu, Martel perdra de son autonomie.

A la suite de cette vente, les Viscomtins, devenus rattachés directement au domaine royal, sont alors contraints à l'impôt).

Martel déclinera lentement jusqu'à la Révolution.

. La population diminuera légèrement à partir du XVIIIe siècle, puis de façon plus accentuée à partir de 1870, et ce jusque vers les années 1980.

 

Visites & Découvertes

  • Collonges la Rouge
  • Meyssac
  • Turenne
  • Curemonte
  • Beaulieu sur Dordogne
  • Martel
  • La Chapelle aux Saints
  • Noailhac
  • Ligneyrac
  • Saillac
  • A voir dans un rayon de 50 Km:
  • Vallée de la Dordogne
  • Rocamadour
  • Gouffre de Padirac
  • Les grottes de Lacave
  • Grotte de Lascaux Montignac
  • Les Eyzies
  • Conques

  • A voir

    Hôtel de la Raymondie édifié à partir de 1280 à l'initiative de Bernard Raymond ou Raymondie

    Église Saint-Maur de Martel dédiée à un disciple de saint Benoît ; église fortifiée, tympan roman du XIIe siècle, nef du XIVe siècle, clocher du XVIe siècle,

    Halle de la fin du XVIIIe siècle remarquable pour sa charpente en châtaignier et ses « conques » (mesures à grain)

    Hôtel Fabri inscription par arrêté du 26 novembre 1990 aux monuments historiques

    Hôtel et tour de Mirandol XVe siècle : dernière tour construite à Martel en 1469 par le seigneur de Mirandol et de Faure

    Maison Grise : jadis habitée par une famille de juristes, les Judicis

     

    Hôtel Condamine : hôtel de la monnaie, ancien atelier de frappe des monnaies en usage dans la vicomté

    Le Grenier d'Abondance : petit immeuble Renaissance du XVIe siècle

    Hôpital Saint-Marc, puis couvent de moniales de l'ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem, dites maltaises

    Hôtels particuliers, maisons de caractère, humbles échoppes médiévales, portes de style, ancien couvent des Mirepoises avec son cloître et son plafond à caissons ISMH, anciens couvents Sainte-Anne-et-Saint-Joseph, à découvrir de l'extérieur au détour des vielles rues, notamment via les visites aux flambeaux organisées généralement en été.

    Randonnées pédestres

    Contact

    Propriétaire

    VIDAL Manuel

    La Peyrague

    19500 COLLONGES LA ROUGE

    Téléphone 05 55 25 46 87

    Courriel: Email  manu.vidal19@orange.fr

    Type de location:          
    • Maison indépendante
    • Superficie 70 m²
    • Capacité 6 personnes
    • 3 chambres en rez de chaussée
    • Cuisine tout équipée 3 épis
    • terrain arboré de 2000m²
    • Altitude 220m
    • Animaux acceptés
    • Chèques vacances acceptés

    Descriptif

    Gîte indépendant de plain pied au coeur des plus beaux villages de France, à proximité des commerces, au calme, proche de Meyssac et de Collonges le Rouge. 3 chambres (3 lits 2 places) salle de séjour, coin cuisine, lave linge, lave vaisselle, micro ondes, télévision, chauffage électrique, salon de jardin, barbecue,.

    Créé avec TOWeb - Le logiciel de création de sites responsive.

    © Copyright collonges.gite.free.fr. Tous droits réservés.